Formation continue policière

L’emploi de la force, une formation essentielle pour policiers


NICOLET – Les policiers sont souvent confrontés à des évènements qui peuvent nécessiter l’emploi de la force, que ce soit, physiquement ou encore avec une arme quelconque. Afin que ces policiers utilisent la bonne force et la bonne technique et pour minimiser les risques de blessures, ces derniers participent à des ateliers de formations continues données à Nicolet.

La sûreté du Québec du district de la Mauricie/Centre-du-Québec possède un bâtiment de 4 étages qui sert à la formation et aux simulations. Ce bâtiment est situé non loin de l’École nationale de police de Nicolet. 5 instructeurs donnent la formation, ils sont des agents moniteurs en emploi de la force.

Ce matin la Sûreté du Québec avait invité des membres des médias et troisrivieres911.com afin d’expliquer et démontrer cette formation. Elle vise à revoir les techniques apprises à l’École nationale de police et aussi à inculquer les nouvelles techniques. Un policier participe à ce genre de formation tous les deux ans. Bien que dans cette formation on aborde des thèmes aussi extrêmes qu’un tireur actif, les techniques apprises dans les différents scénarios peuvent servir dans le travail quotidien du policier.

 

 

 

 

En assistant à ces formations, les policiers apprennent aussi à se connaître eux-mêmes, à connaître leur façon de réagir, a mentionné Christian Demers, agent moniteur. Leurs réactions du moment, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, lui serviront lors d’une intervention réelle. Le but de la formation est d’apprendre aux policiers à travailler d’une façon sécuritaire. Le but ultime, est de faire prendre conscience aux policiers qu’il y a d’autres façons d’intervenir que par un contact physique et ainsi diminuer les risques de blessures tant chez les policiers qu’envers le suspect et la population.

Sur la photo les agents moniteurs, Christian Demers, Alexandre ledoux et Alain Bouchard

 

 

Dans la vidéo, deux scénarios vous sont présentés ainsi que des pièces d’équipements qui servent aux policiers lors de cette formation.

 

Dans la peau d’un policier

Sylvain Bourassa, Stéphan desrochers, Nicolas Black, Marie-Pier Cloutier

 

Nicolas et moi avons eu la chance de revêtir une partie de l’équipement de formation et ainsi participer à une simulation. Pour l’occasion nous étions accompagnés des journalistes Sylvain Bourassa et Marie-Pier Cloutier.

Nous faisions face à rien d’autre qu’un tireur actif dans une école. Nous devions nous rendre d’où provenaient les coups de feu au bout d’un corridor. Pendant que nous avancions dans le couloir en direction du danger, Nicolas assurait nos arrières, Marie-Pier le côté droit, Sylvain la gauche et moi je regardais droit devant.

 

 

 

 

 

Nous étions tous prêts à faire feu à tout moment. Alors que les coups de feu du tireur retentissent au fond du couloir et que nous avançons prudemment, surgit devant nous un homme qui court dans notre direction. Heureusement, nous avons tous eu le bon réflexe de ne pas tirer, c’était un innocent qui s’enfuyait. Nous avons alors continué notre chemin vers le tireur et sans aucun avertissement il est apparu dans le couloir son arme dirigée en notre direction. Dans un temps qui m’a paru une fraction de seconde, nous avions fait feu sur la menace et il s’écroulait au sol. Au total 11 balles sont sorties de nos canons, en particulier Sylvain Bourassa et moi, Marie-Pier ayant fait feu sur une colonne qui lui gênait la vue et Nicolas surveillait toujours nos arrières. Ça nous a semblé tout de même être une bonne intervention de notre part.

 

Après l’exercice, notre cascadeur tireur fou, le formateur Alexandre Ledoux, nous a dit qu’il avait eu suffisamment de temps pour nous tirer avant que nous ayons réagi. Notre réaction aurait été un peu tardive, selon lui. Faut dire qu’on nous avait lancés dans la fosse sans trop de détails et que nous ne sommes, heureusement pour la population, pas des policiers.

 

 

 

 

 

 

Il faisait chaud après l'exercice. Les sourires en disent long sur notre expérience

Stéphan Desrochers

Éditeur de troisrivieres911.com

Laisser un commentaire