Une journée avec le groupe de recherche et sauvetage Eurêka

SAINTE-ANNE-DE-LA-PÉRADE – Pourquoi ne pas mettre à profit un exercice au service de la population? C’est ce qu’a fait le groupe de sauvetage Eurêka samedi à Ste-Anne-de-la-Pérade. Pour son exercice, le groupe a choisi des endroits susceptibles de faire avancer des dossiers de personnes disparues depuis longtemps.

Les recherches ont été réparties dans quatre équipes composées d’une vingtaine de bénévoles formés. Sept secteurs de recherche ont été couverts par le groupe tout au long de la journée.

L’équipe aurait aimé clore des dossiers comme ceux de Marcel Lanouette disparu depuis 2009, de Mario Boyce disparu récemment et du petit Grégory Brébeuf, 2 ans, disparu en avril 2011, mais malheureusement les recherches n’ont pas donné les résultats escomptés.

Même sans résultats, ces recherches ont été fructueuses pour les membres bénévoles du groupe qui acquiert de l’expérience à chaque opération de recherche, qu’elle soit simulée ou réelle. «Les nouvelles recrues apprennent beaucoup plus sur le terrain que lors de formations théoriques,» nous a confié le président d’Eurêka, Pierre Vallée.

«Tant qu’à nous entraîner dans des bois ou des terrains sans intérêt, aussi bien se concentrer dans des secteurs où des personnes ont disparu et manquent toujours à l’appel,» dit Pierre Vallée. «On ne sait jamais sur quoi nous allons tomber et ça pourrait rendre service à plusieurs personnes,» ajoute-t-il.

Organisme sans but lucratif

Eurêka est un organisme bénévole de recherche et sauvetage fondé en juillet 2010 par Pierre vallée et d’autres personnes. Ils possèdent tous de nombreuses années d’expérience dans le domaine. La spécialité du groupe est la recherche et le sauvetage au sol. Ils œuvrent la plupart du temps à la demande de la sécurité civile via l’association québécoise des bénévoles en recherche et sauvetage  pour des dossiers de police et auprès de la population.

Eurêka compte 33 membres bénévoles dont un maître chien, Julie St-Jean, et son chien Meg. Cette chienne a un flair à toute épreuve. Sur le commandement de son maître, Meg peut flairer une odeur humaine, mais aussi l’odeur d’un cadavre et en faire la distinction. La chienne de 8 ans est très disciplinée et efficace lors d’opérations de recherche, même si pour l’animal ce n’est qu’un jeu. Elle est équipée d’un équipement GPS qui permet à Eurêka de suivre son tracé au pas prêt. Un deuxième maître-chien fera bientôt partie de l’équipe. Marc et son chien ont complété avec succès un examen sur les trois nécessaire pour l’obtention de leur accréditation officielle.

Sur le terrain

Tous les membres de l’équipe sont formés à l’interne pour des recherches de ce genre et le font de façon organisée et efficace. Par exemple sur une ligne de recherche, en plus des chercheurs, des membres sont attitrés au marquage du secteur de recherche. Ils utilisent des rubans à chaque extrémité et s’aident à partir de données GPS. Les autres chercheurs se placent en ligne entre ces deux points et ratissent le secteur de façon méthodique. Tous les membres sont en mesure de  pouvoir opérer sur toutes les positions requises lors d’une recherche.

Les chercheurs sont minimalement équipés d’articles indispensables et obligatoires; dont un dossard, un sifflet, un casque de sécurité et des lunettes de sécurité. Chaque équipe possède un GPS. Eurêka dispose d’équipements provenant de différents commanditaires qui ont gentiment accepté de fournir des services ou d’offrir des prix compétitifs à l’organisme. C’est le cas d’Elkel qui a permis à Eurêka d’acquérir trois radios portables, une base mobile, un bloc d’alimentation et une antenne. De plus, Elkel paie les frais d’une fréquence qui demandent une licence gouvernementale.

Cliquez les images cidessous pour faire défiler

[slideshow id=28]

À la fin de chaque exercice, un débriefing aide les membres à faire le point sur les recherches effectuées et ainsi corriger ou modifier des façons de faire.  Les tracés effectués par les bénévoles ont été enregistrés et transmis à la Sûreté du Québec à la fin de l’exercice samedi. Ainsi, la police peut se concentrer sur d’autres secteurs puisque ceux ratissés par Eurêka n’ont pas donné de résultats. Un soulier a été retrouvé en forêt, mais après vérifications auprès d’un membre de la famille de M Lanouette, elle ne lui appartenait pas.

Un reportage photos et vidéo de Louis Dupont

Stéphan Desrochers

Éditeur de troisrivieres911.com

Une pensée sur “Une journée avec le groupe de recherche et sauvetage Eurêka

Laisser un commentaire